Mon intention...
FLAC?
RSS, Nouveautés
Chronologie
Histoire MMS...
Contact/Impressum
Vos remarques
PAGES THÈMATIQUES...
PERLES D'ARCHIVES...
ACKERMANN, Otto
ANDRÉ, Maurice
ANDREAE, Hans
ANSERMET, Ernest
APPIA, Edmond
BALSAM, Arthur
BAMBERGER, Carl
M. van den BERG
BERNSTEIN, Joseph
BOESE, Ursula
BOSCHI, Hélène
BOULT, Adrian
BOUR, Ernest
BRÜCKNER-RÜGGEBERG, Wilhelm
BUSCH, Fritz
CARATGÉ, Fernand
CLUYTENS, André
COLBENTSON, Oliver
COLOMBO, Pierre
COURAUD, Marcel
DAHINDEN, Clemens
DESARZENS, Victor
DOBRINDT, Otto
DOUATTE, Roland
ERDMANN, Eduard
EREDE, Alberto
FRICSAY, Ferenc
GERLIN, Ruggero
GEUSER, Heinrich
GIARDINO, Jean
GIEBEL, Agnes
GOEHR, Walter
GOLDSAND, Robert
GOLDSTEIN, Ella
GRAF, Peter-Lukas
HAEFLIGER, Ernst
HAYDN, Symph...
HEILLER, Anton
HUPPERTS, Paul
JANIGRO, Antonio
JAROFF, Serge
JAUQUIER, Charles
JOCHUM, Eugen
JOHANNESEN, Grant
JOUVE, André
KANN, Hannes
KAUFMAN, Louis
KAYSER, Max
KEILBERTH, Joseph
KLEMM, Conrad
KLEMPERER, Otto
KONWITSCHNY, Franz
KRANNHALS, Alexander
KRAUS, Lili
KRIPS, Josef
LEHMANN, Fritz
LEIBOWITZ, René
LONGINOTTI, Paolo
MAAG, Peter
MARSZALEK, Franz
MARTIN, Louis
MEWTON-WOOD, Noel
MORALT, Rudolf
MORBITZER, Egon
MOZART, Symph...
MUELLER-KRAY, Hans
MUENCHINGER, Karl
NADELMANN, Leo
NEEL, Boyd
NEF, Isabelle
NICOLET, Aurèle
ODNOPOSOFF, Ricardo
van OTTERLOO, Willem
PASCAL Quatuor
PELLEG, Frank
PÉPIN, André
PROHASKA, Felix
RAMIN, Günther
RETCHITZKA, Basia
REINHART, Walther
RYBAR, Peter
ROSBAUD, Hans
ROSTAL, Max
SACK, Theodor
SCHERCHEN, Hermann
SCHEY, Hermann
SCHREINER, Alexander
SCHMIDT-ISSERSTEDT, Hans
SCHÜCHTER, Wilhelm
SCHURICHT, Carl
SILVESTRI, Constantin
STADER, Maria
STÄMPFLI, Jakob
STERNBERG, Jonathan
STEUERMANN, Eduard
STICH-RANDALL, Teresa
SUITNER, Otmar
SZENKAR, Eugen
SWAROWSKY, Hans
SWOBODA, Henry
THOMAS, Kurt
TRÖTSCHEL, Elfride
TUSA, Antonio
VAUCHER-CLERC, Germaine
WINTERTHURER SQ
Texte
 


Max BRUCH, Concerto pour violon et orchestre No 1 en sol mineur, Op. 26, Egon MORBITZER, Staatskapelle Berlin, Franz KONWITSCHNY, 07.12.1959, Eterna 7 20 107

Il s'agit certainement de l'oeuvre la plus connue de Max BRUCH, composée entre 1864 et 1866, avec diverses révisions dont la dernière date de 1868.

Le compositeur a dédié cette oeuvre au violoniste Joseph Joachim, qui l'avait conseillé pendant la composition de la partie soliste, et c'est bien entendu Joseph Joachim qui a donné la première de la version définitive de cette oeuvre, le 7 janvier 1868 avec Karl Reinthaler comme chef d'orchestre (la première version avait été donnée auparavant en première - le 24 avril 1866 - par Otto von Königslöw au violon sous la direction du compositeur).

Une courte description citée d'après
cette page en français de Wikipedia:

"[...] Le premier mouvement, précédé par un Vorspiel (introduction), a un fort caractère rhapsodique. Le mouvement s'ouvre par deux coups de timbales pianissimo. Le thème principal suit présenté par les bois. Le violon solo commence alors à travailler le thème et présente quelques improvisations. Un court trémolo d'orchestre suit le premier véritable solo du violon. Peu de temps après, Bruch introduit un thème secondaire en si bémol majeur. Il s'ensuit un développement relativement court, ce qui amène le sommet du mouvement qui se traduit par un tutti de l'orchestre (Un poco piu vivo). La réexposition conduit à un échange entre le violon solo et l'orchestre, dans lequel le thème est légèrement modifié. L'orchestre mène directement au deuxième mouvement.

L'adagio lyrique est le point central de l'Ĺ“uvre. Le mouvement rempli d'un sentiment intérieur, a la forme d'une romance. Il débute directement par le thème principal chantant et élégiaque. Le violon solo développe une cantilène lyrique avec un accompagnement très léger de l'orchestre. Ici est mise particulièrement en évidence l'invention mélodique de Bruch. Le mouvement tout en restant intérieur augmente lentement d'intensité dominant des idées mélodiques, toujours lyriques et élégiaques. Au milieu du mouvement apparaît une modulation vers la tonalité de sol bémol majeur. Cette modulation entraîne une modification du climat. Par de nouvelles modulations dynamiques, la tonalité arrive finalement à un clair mi bémol majeur. Une dernière fois, le thème principal rêveur est exposé, avant que le poignant mouvement ne se termine lentement.

Le final a un caractère dansant et repose la majeure partie de temps sur la tonalité de sol majeur. L'introduction de l'orchestre expose le thème principal passionné et populaire. L'idée de base rythmique du mouvement est peu à peu développée et brille enfin dans un fortissimo. Le soliste doit affronter ce thème dans un jeu de doubles cordes exigeant. Dans la suite du mouvement, le violon solo joue autour et varie le thème principal. La violon introduit alors un thème secondaire festif et compact. La dernière partie du mouvement est un Presto-Stretta majestueux et virtuose, présenté par l'orchestre et le soliste
.[...]" cité d'après
cette page en français de Wikipedia.

La partition de ce concerto peut être téléchargée
sur cette page de l'IMSLP.

L'interprétation que je vous en propose sur cette page est splendide, avec en soliste un violoniste très bien connu dans le monde musical de Berlin-Est des années d'après-guerre, et jusque vers la fin du siècle passé:
Egon MORBITZER, Premier violon de la 'Staatskapelle Berlin' - Berlin-Est - de 1951 jusqu'à son décès, soit pendant 38 ans! Il est accompagné par cet orchestre, le tout sous la direction de Franz KONWITSCHNY.

Photo à gauche: Egon Morbitzer, Konzertmeister der Berliner Staatskapelle, Deutsche Fotothek Dresden (Grossmann) Jan.1966, Aufnahme-Nr.: df_hauptkatalog_0163936, Datensatz-Nr.: obj 70238178, Eigentümer: Deutsche Fotothek,
http://www.deutschefotothek.de/obj70238178.html.

Le disque utilisé pour cette restauration - Eterna 7 20 107, photo du recto de la pochette au haut de cette page, à droite - vient de la collection de Harry Schultz (Dortmunder Theatersammlung: pour son adresse électronique voir la page Contact/Impressum), qui l'a numérisé et mis le fichier à ma disposition pour le restaurer: je le remercie chaleureusement pour sa générosité!

La seconde face du disque est complétée par
la Romance pour violon et orchestre Op. 26 de Johan Severin SVENDSEN, avec les mêmes interprètes.

Le disque est en bon état, mais comme pour beaucoup de disques Eterna, le pressage et/ou la gravure ne sont pas partout parfaits: j'ai essayé de corriger ces nombreux petits défauts le mieux possible, sans pour autant altérer l'interprétation. Il reste de nombreux courts passages qui "craquent" un peu, mais ceci ne gêne en fait pas trop l'écoute, la prise de son étant excellente.

Comme d'habitude les premier et deuxième mouvements sont joués enchaînés, donc dans un seul fichier.

Voici donc...


Max Bruch, Violinkonzert Nr. 1 in g-Moll, Op. 26, Egon Morbitzer, Staatskapelle Berlin, Franz Konwitschny, 07.12.1959, Eterna 7 20 107 (1. Prelude. Allegro moderato (
env.07:37), 2. Adagio 16:33, 3. Finale. Allegro energico 06:51)

que nous vous offrons et que vous pouvez obtenir en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Rapidshare, ou en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Filefactory.

Eterna 7 20 107  -> WAV -> léger à moyen DeClick avec ClickRepair, de nombreuses réparations manuelles ->
FLAC

2 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

 
Top