Mon intention...
FLAC?
RSS, Nouveautés
Chronologie
Histoire MMS...
Contact/Impressum
Vos remarques
PAGES THÈMATIQUES...
PERLES D'ARCHIVES...
ACKERMANN, Otto
ANDRÉ, Maurice
ANDREAE, Hans
ANSERMET, Ernest
APPIA, Edmond
BALSAM, Arthur
BAMBERGER, Carl
M. van den BERG
BERNSTEIN, Joseph
BOESE, Ursula
BOSCHI, Hélène
BOULT, Adrian
BOUR, Ernest
BRÜCKNER-RÜGGEBERG, Wilhelm
BUSCH, Fritz
CARATGÉ, Fernand
CLUYTENS, André
COLBENTSON, Oliver
COLOMBO, Pierre
COURAUD, Marcel
DAHINDEN, Clemens
DESARZENS, Victor
DOBRINDT, Otto
DOUATTE, Roland
ERDMANN, Eduard
EREDE, Alberto
FRICSAY, Ferenc
GERLIN, Ruggero
GEUSER, Heinrich
GIARDINO, Jean
GIEBEL, Agnes
GOEHR, Walter
GOLDSAND, Robert
GOLDSTEIN, Ella
GRAF, Peter-Lukas
HAEFLIGER, Ernst
HAYDN, Symph...
HEILLER, Anton
HUPPERTS, Paul
JANIGRO, Antonio
JAROFF, Serge
JAUQUIER, Charles
JOCHUM, Eugen
JOHANNESEN, Grant
JOUVE, André
KANN, Hannes
KAUFMAN, Louis
KAYSER, Max
KEILBERTH, Joseph
KLEMM, Conrad
KLEMPERER, Otto
KONWITSCHNY, Franz
KRANNHALS, Alexander
KRAUS, Lili
KRIPS, Josef
LEHMANN, Fritz
LEIBOWITZ, René
LONGINOTTI, Paolo
MAAG, Peter
MARSZALEK, Franz
MARTIN, Louis
MEWTON-WOOD, Noel
MORALT, Rudolf
MORBITZER, Egon
MOZART, Symph...
MUELLER-KRAY, Hans
MUENCHINGER, Karl
NADELMANN, Leo
NEEL, Boyd
NEF, Isabelle
NICOLET, Aurèle
ODNOPOSOFF, Ricardo
van OTTERLOO, Willem
PASCAL Quatuor
PELLEG, Frank
PÉPIN, André
PROHASKA, Felix
RAMIN, Günther
RETCHITZKA, Basia
REINHART, Walther
RYBAR, Peter
ROSBAUD, Hans
ROSTAL, Max
SACK, Theodor
SCHERCHEN, Hermann
SCHEY, Hermann
SCHREINER, Alexander
SCHMIDT-ISSERSTEDT, Hans
SCHÜCHTER, Wilhelm
SCHURICHT, Carl
SILVESTRI, Constantin
STADER, Maria
STÄMPFLI, Jakob
STERNBERG, Jonathan
STEUERMANN, Eduard
STICH-RANDALL, Teresa
SUITNER, Otmar
SZENKAR, Eugen
SWAROWSKY, Hans
SWOBODA, Henry
THOMAS, Kurt
TRÖTSCHEL, Elfride
TUSA, Antonio
VAUCHER-CLERC, Germaine
WINTERTHURER SQ
Texte
 


Albert ROUSSEL, Symphonie No 4 en la majeur op. 53, Orchestre National de la Radiodiffusion française, Hermann SCHERCHEN, 29.10.1953

Cette quatrième symphonie en la majeur, Opus 53, fut composée entre août et décembre 1934 à Vasterival, où Albert Roussel possédait une maison au bord de la mer, ainsi qu'à Paris. Elle fut présentée le 19 octobre 1935 par les concerts Pasdeloup sous la direction d'Albert Wolff, qui est son dédicataire.

Pour présenter cette symphonie, un texte d'
Ernest ANSERMET, écrit pour un concert donné au Théâtre de Lausanne le 6 décembre 1937:

"[...] une oeuvre [...] qui est l'une des dernières et des plus accomplies de Roussel, et éminemment représentative de son art et de sa personnalité. [...] La Quatrième Symphonie (1934) est assez brève, comme la Troisième (1930). La «forme» est courte, mais à l'intérieur de la «forme», l'haleine est puissante; je veux dire que chaque mouvement est d'une structure assez simple et assez ramassée, sans beaucoup de «développements», mais les quelques phrases qui composent la «forme» se déploient longuement. Peut-être cette continuité du mouvement mélodique ne se laisse-t-elle pas clairement percevoir à la première audition, parce que Roussel, en authentique Français, exprime le dynamisme par la couleur; sa phrase mélodique passe d'un instrument à l'autre et traverse des densités d'orchestre très diverses, où l'on risque de la perdre de vue. Mais il suffira peut-être d'y avoir rendu l'auditeur attentif.

Le «molto lento» est fait d'une période mélodique d'un seul jet, mais fort ample et complexe, qui se répète, allégée et dans son orchestration et dans sa teneur. La mélodie à laquelle j'ai fait allusion au début de ces notes, se continue par le motif entendu dans l'introduction, puis par un chant de violoncelles qui mène à un «tutti» puissant et martelé. Il semble que l'auteur, dans sa rêverie intérieure, et passant par des alternatives de désespérance et d'amertume, tende sans céder vers une affirmation catégorique qu'a fait prévoir un motif «énergétique» des trompettes.

Une brève introduction lente fait entendre trois motifs essentiels de la symphonie et établit en même temps leur connexion: c'est au bout de deux mesures, au cor anglais, un motif qui jouera un rôle important dans le «lento» et auquel répond le motif de départ du premier allegro, et c'est, après réexposition de ce couple, au hautbois, le premier motif du mouvement lent. L'«allegro con brio» déroule alors ses deux thèmes bien caractérisés, leur court «développement» et leur réexposition.

L'«allegro scherzando» va aussi tout d'un trait dans son enchaînement de motifs, primesautier et d'une verve inventive particulièrement heureuse.

Quant au quatrième mouvement, il reprend la tradition du finale léger, et en quelque sorte détaché des pensées qui ont occupé l'oeuvre, c'est un rondeau tour à tour enjoué et narquois, qui conclut par une manière de décision aussi abrupte que péremptoire
[...]"

Référence de la gravure représentée ci-dessus à gauche: Albert Roussel, reprod. d'un dessin de A. Bilis, 1929, faisant partie d'une série de 7 portraits et documents, Identifiant: ark:/12148/btv1b7722125x, Source: Bibliothèque nationale de France, Relation:
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb386432191.

Référence de la photo représentée à droite: Albert Roussel, photographie de presse / Agence Meurisse (Paris), Date d'édition: 1923, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) ou moins, Identifiant: ark:/12148/btv1b9024356h, Numéro commercial: Meurisse 10323 A, Source: Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13(2749), Relation: Appartient à: [Recueil. Actualités 1923-05-14**1924-08-15. Agence Meurisse MEU 6092 A-16560 A], Relation:
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41583014j. Ancien détenteur: Agence de presse Meurisse, Référence bibliographique: Meurisse, 10323 A.

La partition peut être téléchargée
sur cette page de l'IMSLP.

Dans l'enregistrement de concert que je vous en propose sur cette page nous retrouvons
Hermann SCHERCHEN dirigeant l'Orchestre national de la Radiodiffusion française (l'actuel Orchestre National de France). Au programme de ce concert du 29 octobre 1953 se trouvaient également la symphonie No 104 de Joseph Haydn et la 2e symphonie de Ludwig van Beethoven.

À souligner: il s'agit du seul enregistrement actuellement connu d'une oeuvre d'Albert Roussel sous la direction d'Hermann Scherchen. Cet enregistrement  n'est paru - à ma connaissance - que chez Tahra, double CD TAH 526/7 (Hermann Scherchen à Paris, Vol. I), en 2004, et déjà épuisé.

Voici donc...


Albert Roussel, Symphonie No 4 en la majeur op. 53, Orchestre National de la Radiodiffusion française, Hermann Scherchen, 29.10.1953 (1. Lento - Allegro con brio 06:43, 2. Lento molto 10:15, 3. Allegro scherzando 02:45, 4. Allegro molto 03:43)

que vous pouvez obtenir en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur mon site, ou en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Filefactory.

Radiodiffusion (archives de la Radiodiffusion française) -> WAV ->
FLAC

4 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

 
Top