Mon intention...
FLAC?
RSS, Nouveautés
Chronologie
Histoire MMS...
Contact/Impressum
Vos remarques
PAGES THÈMATIQUES...
PERLES D'ARCHIVES...
ACKERMANN, Otto
ANDRÉ, Maurice
ANDREAE, Hans
ANSERMET, Ernest
APPIA, Edmond
BALSAM, Arthur
BAMBERGER, Carl
M. van den BERG
BERNSTEIN, Joseph
BOESE, Ursula
BOSCHI, Hélène
BOULT, Adrian
BOUR, Ernest
BRÜCKNER-RÜGGEBERG, Wilhelm
BUSCH, Fritz
CARATGÉ, Fernand
CLUYTENS, André
COLBENTSON, Oliver
COLOMBO, Pierre
COURAUD, Marcel
DAHINDEN, Clemens
DESARZENS, Victor
DOBRINDT, Otto
DOUATTE, Roland
ERDMANN, Eduard
EREDE, Alberto
FRICSAY, Ferenc
GERLIN, Ruggero
GEUSER, Heinrich
GIARDINO, Jean
GIEBEL, Agnes
GOEHR, Walter
GOLDSAND, Robert
GOLDSTEIN, Ella
GRAF, Peter-Lukas
HAEFLIGER, Ernst
HAYDN, Symph...
HEILLER, Anton
HUPPERTS, Paul
JANIGRO, Antonio
JAROFF, Serge
JAUQUIER, Charles
JOCHUM, Eugen
JOHANNESEN, Grant
JOUVE, André
KANN, Hannes
KAUFMAN, Louis
KAYSER, Max
KEILBERTH, Joseph
KLEMM, Conrad
KLEMPERER, Otto
KONWITSCHNY, Franz
KRANNHALS, Alexander
KRAUS, Lili
KRIPS, Josef
LEHMANN, Fritz
LEIBOWITZ, René
LONGINOTTI, Paolo
MAAG, Peter
MARSZALEK, Franz
MARTIN, Louis
MEWTON-WOOD, Noel
MORALT, Rudolf
MORBITZER, Egon
MOZART, Symph...
MUELLER-KRAY, Hans
MUENCHINGER, Karl
NADELMANN, Leo
NEEL, Boyd
NEF, Isabelle
NICOLET, Aurèle
ODNOPOSOFF, Ricardo
van OTTERLOO, Willem
PASCAL Quatuor
PELLEG, Frank
PÉPIN, André
PROHASKA, Felix
RAMIN, Günther
RETCHITZKA, Basia
REINHART, Walther
RYBAR, Peter
ROSBAUD, Hans
ROSTAL, Max
SACK, Theodor
SCHERCHEN, Hermann
SCHEY, Hermann
SCHREINER, Alexander
SCHMIDT-ISSERSTEDT, Hans
SCHÜCHTER, Wilhelm
SCHURICHT, Carl
SILVESTRI, Constantin
STADER, Maria
STÄMPFLI, Jakob
STERNBERG, Jonathan
STEUERMANN, Eduard
STICH-RANDALL, Teresa
SUITNER, Otmar
SZENKAR, Eugen
SWAROWSKY, Hans
SWOBODA, Henry
THOMAS, Kurt
TRÖTSCHEL, Elfride
TUSA, Antonio
VAUCHER-CLERC, Germaine
WINTERTHURER SQ
Texte
 


Joseph HAYDN, Symphonie No 55 en mi bémol majeur, Hob I:55, Orchestre Radiosymphonique de Berlin-Ouest, 'Radio-Symphonie-Orchester Berlin (RSO Berlin)', Antonio JANIGRO, SFB-Produktion Haus des Rundfunks, Saal 1, 20.-23.01.1961

Joseph Haydn compose sa Symphonie No 55 en 1774. Elle porte le surnom "Le maître d'école", on ne sait pas exactement qui lui a donné ce surnom. Ce n'est en tous cas pas Haydn: ce surnom semble s'être établi dans les années 1850, mais on ne sait même pas exactement pourquoi cette symphonie a obtenu ce surnom très particuliers! Il existe plusieurs hypothèses.

Par exemple celle de H.C. Robbins Landon: "[...] H.C. Robbins Landon notes that while Haydn's autograph manuscript of the symphony contains no reference to this title, the work has been known by this name since the early nineteenth century. Landon suggests that the dotted rhythm of the second movement calls to mind the wagging finger of a schoolmaster, and points out that in the catalog of his works that Haydn helped prepare in the final years of his life, there is a fragment of a lost Divertimento in D containing a similar dotted rhythm entitled "Der verliebte Schulmeister" (the schoolmaster in love). Landon goes on to propose a program for the symphony's second movement in which the sections marked semplice represent the "strict, pedantic" teacher and the dolce sections depict the same teacher overwhelmed by love. [...]" cité d'après
cette page en anglais de Wikipedia, ref.: HC Robins Landon, Haydn: Chronicle and Works, 5 vols, (Bloomington and London: Indiana University Press, 1976-) v. 2, Haydn at Eszterhaza, 1766-1790.

Photo à droite: Raucourt (le maître d'école), Les mystères de Paris, drame d'Eugène Sue, dessin de Draner, 18.., Aquarelle en coul. 31 x 24 cm, Identifiant: ark:/12148/btv1b550036487, Source : Bibliothèque nationale de France, 4-OICOTHE-78(175), Relation catalogue, image. Je ne soulignerai jamais assez la GÉNÉROSITÉ de la BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE, qui autorise gracieusement la reproduction des documents de leurs banques de données dans des pages sans buts commerciaux, bien entendu en conservant l'intégrité du document et en indiquant la source exacte.

Pour une courte description quelques citations de
cette excellente page du site haydn.aforumfree.com, un texte de Piero1809:

"[...] l'instrumentation de la n° 55 reste encore très classique avec le quintette à cordes, deux bassons doublant la basse, deux hautbois et deux cors. [...] Le rythme 3/4 donne au premier mouvement 'Allegro di molto' une allure dansante. Le premier thème fait alterner les tutti orchestraux avec des phrases très douces des premiers et seconds violons. Un second thème également doux n'apporte pas de contraste particulier. Par contre un troisième thème apparaît juste avant les barres de reprises. Ce thème en notes spiccato possède une étonnante énergie latente. Si le premier thème ouvre le développement, le troisième thème va vite prendre le dessus et son énergie va se libérer: ce thème va rester cantonné aux premiers violons de manière obstinée au dessus d'un dessin syncopé des seconds violons. [...]"

Le second mouvement 'Adagio, ma semplice' - qui lui aurait valu ce surnom de Maître d'école - est assez particulier:
"[...] il s'agit d'un thème varié, structure musicale particulièrement appréciée par Joseph Haydn. Le thème, divisé en deux parties A et B chacune répétée une fois, est présenté par les cordes seules, les deux violons jouent à l'unisson staccato et sont accompagnés très discrètement par l'alto et la basse eux-mêmes à l'unisson. Une certaine ascèse est palpable dans ce début, dépouillement présent également dans d'autres mouvements lents de symphonies contemporaines du maître. Le terme semplice revient plusieurs fois dans la partition et on peut penser que Haydn attendait sobriété et naturel de l'exécutant dans ce mouvement. Le deuxième exposé du thème est richement ornementé et peut être considéré déjà comme une variation donnant à ce thème la structure AA1BB1. Dans la première variation qui ne s'écarte pas beaucoup du thème, les vents se joignent aux cordes et colorent agréablement l'ensemble (A2B2). La seconde variation reprend le plan de l'exposé du thème (A3A4B3B4), la partie A3 est en rythmes pointés, la partie A4 est une guirlande de triples croches. Dans la poétique troisième variation (A5B5) murmurée double piano, la mélodie s'écarte du thème initial et l'harmonisation est beaucoup plus riche. Dans la quatrième variation (A6B6), les barres de mesures ont disparu et l'attention est portée sur les appogiatures très nombreuses qui apportent une touche d'humour. Les vents se joignent encore aux cordes dans la cinquième et dernière variation que l'on peut considérer comme une coda.[...]"

Pour le troisième mouvement 'Menuetto': "[...] Ce menuet est construit comme un morceau de sonate en miniature, après les barres de reprises la seconde partie débute par un petit développement très élaboré sur les premières mesures du thème du menuet qui font l'objet d'imitations serrées entre les premiers et les seconds violons. [...] Le violoncelle a le rôle principal dans le trio, il est accompagné très sobrement par les deux violons. [...]"

Pour le 'Finale. Presto': "[...] Haydn utilise une formule expérimentée avec brio dans les finales des symphonies n° 42, 51 et 64, celle d'un compromis entre Rondo et thème varié. Ici le résultat est particulièrement séduisant. Le thème du refrain est exposé par les cordes. Ce refrain comporte deux parties et possède indéniablement une saveur populaire. Le premier couplet est exposé par les vents seuls. Les bassons qui dans les autres mouvements doublaient la basse jouent ici un rôle très actif et les cors ne craignent pas de grimper vers les hauteurs. Le retour du refrain est en fait une variation en agiles doubles croches aux violons. Le couplet central débute piano par un rappel du thème du refrain puis éclate le 'Minore' en fa mineur sur un fortissimo de tout l'orchestre, suit ensuite un long passage très modulé aboutissant à un retour du refrain assez modifié dans la tonalité très éloignée de sol bémol majeur; la longue transition amenant le retour du refrain à la tonique est tout à fait remarquable. C'est maintenant une version agressivement populaire du refrain qui est clamée fortissimo par tout l'orchestre, le la bémol des premiers violons frotte douloureusement avec le sol des seconds violons. Dans la deuxième partie du refrain on remarque les vigoureuses syncopes et les intervalles impressionnants. Le finale se termine par un dernier retour du refrain piano puis pianissimo et enfin un tutti lapidaire fortissimo. [...]" Citations extraites de
cette excellente page du site haydn.aforumfree.com, un texte de Piero1809.

Pour plus de détails sur cette symphonie voir aussi par exemple
cette page en allemand de Wikipedia, ou cette page en allemand du site haydn-sinfonien.de.

La partition peut-être téléchargée
sur cette page de l'IMSLP.

Dans l'enregistrement que je vous en propose sur cette page - une perle des archives de la SFB/RBB de Berlin - nous retrouvons Antonio JANIGRO dirigeant l'Orchestre Radiosymphonique de Berlin-Ouest, 'Radio-Symphonie-Orchester Berlin (RSO Berlin)' - auparavant 'RIAS-Symphonie-Orchester', dont le chef titulaire était Ferenc Fricsay - soit l'actuel 'Orchestre symphonique allemand de Berlin' ou 'Deutsches Symphonie-Orchester Berlin'.
Il s'agit d'un enregistrement fait entre les 20 et 23 janvier 1961 dans la salle 1 de la légendaire '
Haus des Rundfunks' (Station de Radiodiffusion), l'une des plus anciennes stations de radiodiffusion autonome du monde.
Antonio Janigro avait commencé à diriger vers 1939, à Zagreb. À l'époque de cet enregistrement Antonio Janigro était le chef de l'orchestre '
Solisti Di Zagreb', qu'il avait fondé 7 ou 8 ans auparavant.

En ce qui concerne la photo de Antonio Janigro (à gauche), j'en ignore la source exacte: on peut la trouver à plusieurs endroits sur la toile, mais sans indication de source, et sans détails. Elle doit être à peu près contemporaine de cet enregistrement. Elle ressemble beaucoup à la photo que l'on peut voir
sur cette page du site des Solistes de Zagred (1ère photo à droite), doit faire partie de la même série de photos. Si une personne visitant cette page en sait plus sur cette photo -> Vos remarques!

Voici donc...

Joseph Haydn, Symphonie Nr. 55 Es-Dur, Hob I:55, Der Schulmeister, Radio-Symphonie-Orchester Berlin, Antonio Janigro, SFB-Produktion Haus des Rundfunks, Saal 1, 20.-23.01.1961 (1. Allegro di molto 06:05, 2. Adagio, ma semplice 06:48, 3. Menuetto 04:38, 4. Finale. Presto 03:01)

que vous pouvez obtenir en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur mon site, ou en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Filefactory.

4 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

Radiodiffusion (Archives SFB/RBB) -> WAV ->
FLAC

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

 
Top