Mon intention...
FLAC?
RSS, Nouveautés
Chronologie
Histoire MMS...
Contact/Impressum
Vos remarques
PAGES THÈMATIQUES...
PERLES D'ARCHIVES...
ACKERMANN, Otto
ANDRÉ, Maurice
ANDREAE, Hans
ANSERMET, Ernest
APPIA, Edmond
BALSAM, Arthur
BAMBERGER, Carl
M. van den BERG
BERNSTEIN, Joseph
BOESE, Ursula
BOSCHI, Hélène
BOULT, Adrian
BOUR, Ernest
BRÜCKNER-RÜGGEBERG, Wilhelm
BUSCH, Fritz
CARATGÉ, Fernand
CLUYTENS, André
COLBENTSON, Oliver
COLOMBO, Pierre
COURAUD, Marcel
DAHINDEN, Clemens
DESARZENS, Victor
DOBRINDT, Otto
DOUATTE, Roland
ERDMANN, Eduard
EREDE, Alberto
FRICSAY, Ferenc
GERLIN, Ruggero
GEUSER, Heinrich
GIARDINO, Jean
GIEBEL, Agnes
GOEHR, Walter
GOLDSAND, Robert
GOLDSTEIN, Ella
GRAF, Peter-Lukas
HAEFLIGER, Ernst
HAYDN, Symph...
HEILLER, Anton
HUPPERTS, Paul
JANIGRO, Antonio
JAROFF, Serge
JAUQUIER, Charles
JOCHUM, Eugen
JOHANNESEN, Grant
JOUVE, André
KANN, Hannes
KAUFMAN, Louis
KAYSER, Max
KEILBERTH, Joseph
KLEMM, Conrad
KLEMPERER, Otto
KONWITSCHNY, Franz
KRANNHALS, Alexander
KRAUS, Lili
KRIPS, Josef
LEHMANN, Fritz
LEIBOWITZ, René
LONGINOTTI, Paolo
MAAG, Peter
MARSZALEK, Franz
MARTIN, Louis
MEWTON-WOOD, Noel
MORALT, Rudolf
MORBITZER, Egon
MOZART, Symph...
MUELLER-KRAY, Hans
MUENCHINGER, Karl
NADELMANN, Leo
NEEL, Boyd
NEF, Isabelle
NICOLET, Aurèle
ODNOPOSOFF, Ricardo
van OTTERLOO, Willem
PASCAL Quatuor
PELLEG, Frank
PÉPIN, André
PROHASKA, Felix
RAMIN, Günther
RETCHITZKA, Basia
REINHART, Walther
RYBAR, Peter
ROSBAUD, Hans
ROSTAL, Max
SACK, Theodor
SCHERCHEN, Hermann
SCHEY, Hermann
SCHREINER, Alexander
SCHMIDT-ISSERSTEDT, Hans
SCHÜCHTER, Wilhelm
SCHURICHT, Carl
SILVESTRI, Constantin
STADER, Maria
STÄMPFLI, Jakob
STERNBERG, Jonathan
STEUERMANN, Eduard
STICH-RANDALL, Teresa
SUITNER, Otmar
SZENKAR, Eugen
SWAROWSKY, Hans
SWOBODA, Henry
THOMAS, Kurt
TRÖTSCHEL, Elfride
TUSA, Antonio
VAUCHER-CLERC, Germaine
WINTERTHURER SQ
Texte
 


Ludwig van BEETHOVEN, Ouvertures de Leonore/Fidelio

Ouverture de Leonore No II, Op. 72a
* Orchestre de la Suisse Romande,
Ernest ANSERMET, 14 novembre 1956, Victoria Hall, Genève
* Orchestre de la Suisse Romande,
Ernest ANSERMET, janvier 1960, LONDON STS 15068, Victoria Hall, Genève

Ouverture de l'opéra 'Fidelio', en mi majeur, Op. 72c
* Orchestre de la Suisse Romande,
Ernest ANSERMET, janvier 1960, Victoria Hall, Genève, LONDON STS 15067

Les deux enregistrement de l'Ouverture de Leonore No II, Op. 72a, peuvent être également écoutés en ligne sur ces pages concert et disque du groupe Ernest Ansermet du site www.notrehistoire.ch. Le logiciel Adobe Flash Player doit toutefois être installé sur votre ordinateur pour pouvoir écouter le fichier.

Ludwig van Beethoven a fait plusieurs essais pour composer l'ouverture de son opéra 'Fidelio', d'abord sous le nom de 'Leonore': il en résulta quatres préludes qui ont des liens différents avec l'opéra.
Leurs noms actuels 'Ouverture de Leonore No I', 'Ouverture de Leonore No II' et 'Ouverture de Leonore No III' ainsi que 'Ouverture de Fidelio' ne renseignent toutefois que peu sur leur origine et leur emploi. En plus il y a trop souvent une confusion entre les différentes versions, même dans les catalogues de disques...

Beethoven compose son opéra sur un livret de Joseph Ferdinand von Sonnleithner, Stephan von Breuning et Georg Friedrich Treitschke (se basant sur le livret de l'opéra 'Léonore ou L'amour conjugal' composé en 1798 par Pierre Gaveaux sur un livret de Jean Nicolas Bouilly). Il termine sa première version de l'opéra en novembre 1805, avec l'ouverture qui porte aujourd'hui le nom de Leonore No II - composée après qu'un cercle de ses amis eût trouvé la première ouverture trop simple et pas assez caractéristique pour le contenu de l'oeuvre - d'où ce numéro II. La première représentation a lieu le 20 novembre 1805 au 'Theater an der Wien'.

Cette Ouverture de Leonore No II est "[...] une vaste page symphonique présentant tout le mouvement de l’opéra depuis l’atmosphère lourde et sombre de la prison, le caractère dramatique de l’action, l’arrivée de Don Fernando annoncé par le célèbre appel de trompette, et la joie extatique de la libération [...]" (citation extraite de la
page en français de Wikipedia.

L'opéra n'a toutefois pas de succès, Stephen von Breuning - un ami intime de Beethoven - réduit l'oeuvre en deux actes. Pour la première de l'opéra remanié du 29 mars 1806 - également au 'Theater an der Wien' -  l'ouverture fut également révisée, c'est l'ouverture qui porte aujourd'hui le nom de Leonore No III, et qui est un remaniement de l'ouverture précédente.

En 1814 - pour une troisième et dernière révision de l'opéra - Beethoven compose une nouvelle ouverture, sa version définitive qui porte aujourd'hui le nom d'Ouverture de Fidelio, et qui est très différente des ouvertures précédentes. Elle est considérablement plus courte: la longueur et le caractère dramatique des ouvertures de Leonore No II et No III contrastait trop avec le duo semi-comique qui ouvre le premier acte de l'opéra, d'où cette nouvelle ouverture.

Et - juste pour compliquer l'histoire... - L'ouverture portant aujourd'hui le nom de Leonore No I n'est pas la toute première version, qui fut détruite: Beethoven a composé cette Ouverture de Leonore No I probablement en 1807 pour une représentation à Prague, qui n'eût toutefois pas lieu.

L'ordre chronologique de composition est donc Ouverture de Leonore No II, Op. 72a, Ouverture de Leonore No III, Op. 72b, Ouverture de Leonore No I, Op. 138, et Ouverture de Fidelio, Op. 72c. Pour plus de détails, voir par exemple la page correspondante en français de Wikipedia.

Très intéressant est un texte paru dans la revue "Neue Zeitschrift für Musik", Vol. 12, No 5, du 14 janvier 1840. Ce texte est souvent attribué à Robert Schumann, il faut toutefois préciser que Robert Schumann était le rédacteur responsable de la revue, l'article est signé "Fl.", voir la photo ci-dessus à gauche reproduisant l'original de cet article: je n'ai pas pu constater avec certitude qui écrivait sous ce pseudonyme. Ce texte fut écrit à la suite d'une représentation à Leipzig des quatres ouvertures par l'Orchestre du Gewandhaus sous la direction de Felix Mendelssohn:

"[...] Mit goldner Schrift sollte es gedruckt werden, was das Leipziger Orchester am letzten Donnerstag ausgeführt; sämmtliche vier Ouverturen zu Fidelio nacheinander. Dank euch Wiener von 1805, dass euch die erste nicht ansprach, bis Beethoven in göttlichem Ingrimme eine nach der andern hervorwühlte. Ist er mir je gewaltig erschienen, so an jenem Abend, wo wir ihn besser als je in seiner Werkstatt, – bildend, verwerfend, abändernd –, immer glühend und heiss, bei seiner Arbeit belauschen konnten. Am riesigsten zeigte er sich wohl beim zweiten Anlauf. Die erste Ouverture wollte nicht gefallen: halt', dachte er, {* bei der zweiten soll euch das Denken vergehen, – und setzte sich von neuem an die Arbeit, und liess das erschütternde Drama an sich vorübergehen, und sang die grossen Leiden und die grosse Freude seiner Geliebten noch einmal; sie ist dämonisch, diese zweite, im einzelnen wohl noch kühner als die dritte *}, die bekannte grosse in C dur. Denn auch jene genügte ihm nicht, dass er sie wieder niederriss, und nur einzelne Stücke beibehielt, aus denen er, beruhigter schon und künstlerischer, jene dritte formte. Später folgte noch jene leichtere und populäre in E dur, die man gewöhnlich im Theater zur Eröffnung hört.
Das ist das grosse Vier-Ouverturenwerk; ähnlich wie die Natur bildet, sehen wir in ihm zuerst das Wurzelgeflecht, aus dem sich in der zweiten der riesige Stamm hebt, seine Arme links und rechts ausbreitet, und zuletzt mit leichterem Blütengebüsche schliesst.    Fl.
[...]".

... en écoutant la 2e vous perdrez la faculté de penser, supposait-il (Beethoven), se remettait au travail, laissant passer dans sa tête le contenu de ce drame bouleversant et chantait encore une fois les grandes souffrances et la grande joie de sa bien-aimée; elle est démoniaque, cette 2e, dans ses détails encore plus hardie que la 3e ... (traduction du passage délimité ci-dessus par {* *}, publiée au verso du disque Eurodisc 70 373 KK).

Pour une description plus détaillée de l'Ouverture de Leonore No II, Op. 72a, une citation extraite du texte publié au verso du disque STS-15068 (Photo ci-dessus à droite, l'auteur du texte n'est pas indiqué):

"[...] Leonore No. 2 is an imposing structure. After a descending unison passage for full orchestra, clarinets sweetly sing Florestan's air. This melody is carefully developped to a climax and soon the basses sink low to gain impetus for the allegro.
Here that driving, dynamic theme which Leonore No. 3 has made familiar is first heard in 'cellos alone. This pushes on irresistibly, giving birth in its urgency to two subsidiary motives which assume great importance, contributing to the dramatic agitation. Soon from oboes, bassoons and 'cellos, in longer notes and more impressively, therefore, Florestan's air is again heard. Still the onward drive persists, becoming ever more dramatic until, at last, there sounds the famous trumpet-call, off-stage, which announces the arrival of the Governor. A quiet version of the dynamic main theme is heard from the violins. The trumpets speaks again. Next a striking figure sounds from bassoons and horns.
Florestan's melody reappears over an accompanisment deriving from the trumpet-call. These are descending flights of strings and wood-wind and we are plunged into the presto that brings the overture to a triumphant end.
All who are familiar with Leonore No. 3 will recognize much that is common to both. The present overture, while it is not so grandly developed as its successor, which is musically self-sufficient, is more suitable as a prelude to an operatic performance.
[...]"

La partition de cette ouverture peut être téléchargée
sur cette page de l'IMSLP.

Ernest ANSERMET a dirigé plusieurs fois les 4 ouvertures en concert, jamais ensemble, toujours dans des concerts différents.
Pour le disque il n'a toutefois enregistré que les Ouvertures de Leonore No II et No III, ainsi que l'Ouverture de Fidelio, donc les 1ère, 2e et 4e ouvertures dans l'ordre chronologique de leur composition.

L'enregistrement de l'Ouverture No III est toutefois un cas très particulier: il aurait du paraître en 1958 sur les disques SXL 2003 resp. CS 6037 en complément de la symphonie No 5, mais il fut remplacé par un enregistrement de l'Ouverture d'Egmont, fait pendant les mêmes sessions du 1er au 23 avril 1958. La discographie de Philip Stuart mentionne pour cette Ouverture de Leonore No III "Unpublished [band number SAR1560]": probablement que c'est Ernest Ansermet lui-même qui s'est opposé à sa publication. Si une personne visitant cette page devait en savoir plus, tout renseignement m'intéresse ->
Vos remarques!
Cet enregistrement n'est paru que beaucoup plus tard, en 2009, sur le double CD mentionné un peu plus bas sur cette page: je ne peux donc que renvoyer à ce double CD pour cette Ouverture de Leonore No III, n'ayant pas (encore?) d'autre enregistrement. En fait pas trop grave, l'Ouverture No III n'étant pas très différente de l'Ouverture No II: en ce qui me concerne, je préfère nettement l'Ouverture No II, qui est plus dramatique, plus démoniaque, exactement comme décrit dans l'article de 1840 cité plus haut dans cette page.

En ce qui concerne l'ouverture de Leonore No I, Op. 138, je n'en connais pas (encore?) d'enregistrement de concert: dommage, car cette ouverture est assez différente des autres.

L'Ouverture de Leonore No II...

Je vous en propose deux interprétations: la première ouvrait le concert du mercredi 14 novembre 1956, donné dans le Victoria Hall de Genève, un concert extraordinaire en faveur de la Ligue genevoise contre la Tuberculose et de la Croix-Rouge genevoise: l'Orchestre de la Suisse Romande, sous la direction d'Ernest ANSERMET - et avec le soliste Pierre FOURNIER - interprétaient l'Ouverture de Léonore No 2 de Beethoven, le Concerto en ré mineur pour violoncelle de Lalo, le Concerto en si bémol pour violoncelle de Boccherini et - en hommage à la Hongrie - l'Élégie et le final du Concerto pour orchestre de Béla Bartok. Le concert fut retransmis en direct sur l'émetteur de Sottens (Ref.: Gazette de Lausanne, 14.11.1956, page 3, rubriques Les belles auditions; Journal de Genève, 15.11.1956, page 10, CR de Franz Walter). Les applaudissements à la fin sont coupés, comme c'était à cette époque souvent l'habitude, l'enregistrement est en monophonie.

Le deuxième enregistrement de cette oeuvre est celui qu'Ernest ANSERMET fait quelques années plus tard, en janvier 1960, pour le disque (sessions d'enregistrement du 4 au 14 janvier 1960, Victoria Hall, Genève) dans le cadre de l'enregistrement de l'intégrale des symphonies de Beethoven.

Il paraît en juin 1960 sur les disques LONDON CM 9044 (mono) et CS 6184 (stéréo) ainsi qu'en septembre de la même année sur les disques DECCA LXT 5584 (mono) resp. SXL 2228 (stéréo), toujours en complément de la 2e symphonie de Beethoven, puis réédité plusieurs fois, également sous d'autres labels (par exemple Eurodisc 70 272 KK).


L'ouverture Op. 72a n'a été rééditée sur CD que très tard, en 2009 par Decca Australie dans leur admirable série ÉLOQUENCE Double CD 480 0397, voir par exemple
cette page pour plus de détails. Un double CD que je peux chaudement recommander, comme en principe tous les CD de cette admirable série Decca Australie Éloquence!


Pour cette restauration j'ai utilisé un exemplaire de la réédition sur le disque STS-15068 (photo de la pochette à droite).



Voici donc l'ouverture dans ces deux enregistrements...

Ludwig van Beethoven, Ouvertüre Nr. II zur Oper 'Leonore' (Fidelio), Op. 72a, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, Concert du 14 novembre 1956, Victoria Hall, Genève (Adagio - Allegro 13:37)

Ludwig van Beethoven, Ouvertüre Nr. II zur Oper 'Leonore' (Fidelio), Op. 72a, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, janvier 1960, LONDON STS 15068, Victoria Hall, Genève (Adagio - Allegro 13:49)

que vous pouvez obtenir en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur mon site, ou en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Filefactory.

Radiodiffusion (Archive Radio Télévision Suisse) -> WAV ->
FLAC

LONDON STS 15068 ZAL 4735/36 4W/5W -> WAV -> léger à moyen DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles -> FLAC

2 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

Ludwig van BEETHOVEN, Ouverture de l'opéra 'Fidelio', en mi majeur, Op. 72c, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, janvier 1960, Victoria Hall, Genève, LONDON STS 15067

Cet enregistrement peut être également écouté en ligne sur cette page du groupe Ernest Ansermet du site www.notrehistoire.ch. Le logiciel Adobe Flash Player doit toutefois être installé sur votre ordinateur pour pouvoir écouter le fichier (s'il n'est pas déjà intégré dans votre navigateur web).

Comme écrit plus haut: en 1814 - pour une troisième et dernière révision de l'opéra - Beethoven compose une nouvelle ouverture, sa version définitive qui porte aujourd'hui le nom d'Ouverture de Fidelio, et qui est très différente des ouvertures précédentes. Elle est considérablement plus courte: la longueur et le caractère dramatique des ouvertures de Leonore No II et No III contrastait trop avec le duo semi-comique qui ouvre le premier acte de l'opéra, d'où cette nouvelle ouverture - avec laquelle l'opéra s'ouvre de nos jours.

La partition peut être téléchargée
sur cette page du site de l'IMSLP.

Ernest ANSERMET l'a enregistrée pendant les mêmes sessions que l'ouverture de Léonore No 2, Op. 72a, soit du 4 au 14 janvier 1960, comme d'habitude dans le Victoria Hall de Genève.
Cet enregistrement paraît pour la première fois en juin 1960 sur les disques LONDON CM 9043 (mono) et CS 6183 (stéréo) et en octobre 1960 sur les disques DECCA LXT 5590 (mono) et SXL 2235 (stéréo), toujours la seconde face de ces disques en complément de la
symphonie No 7, enregistrée pendant les mêmes sessions.

Pour cette restauration j'ai utilisé un exemplaire du disque LONDON STS 15067, paru quelques années plus tard.

L'ouverture de Fidelio Op. 72c n'a été rééditée sur CD que très tard, en 2009, par Decca Australie dans leur admirable série ÉLOQUENCE, sur le même double CD 480 0397 que l'ouverture de Leonore No 2 Op. 72a, voir par exemple
cette page pour plus de détails.

Voici donc...

Ludwig van Beethoven, Ouvertüre zur Oper 'Fidelio', in E-Dur, Op. 72c, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, janvier 1960, Victoria Hall, Genève, LONDON STS 15067 (Allegro 06:00)

que je vous offre et que vous pouvez obtenir en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur mon site, ou en...

________________________________________CLIQUANT_ICI_____________________________________________

pour un download sur Filefactory.

LONDON STS 15067 ZAL 4734 5W -> WAV -> léger DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles ->
FLAC

1 fichier FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

 
Top