Mon intention...
FLAC?
RSS, Nouveautés
Chronologie
Histoire MMS...
Contact/Impressum
Vos remarques
PAGES THÈMATIQUES...
PERLES D'ARCHIVES...
ACKERMANN, Otto
ANDRÉ, Maurice
ANDREAE, Hans
ANSERMET, Ernest
APPIA, Edmond
BALSAM, Arthur
BAMBERGER, Carl
M. van den BERG
BERNSTEIN, Joseph
BOESE, Ursula
BOSCHI, Hélène
BOULT, Adrian
BOUR, Ernest
BRÜCKNER-RÜGGEBERG, Wilhelm
BUSCH, Fritz
CARATGÉ, Fernand
CLUYTENS, André
COLBENTSON, Oliver
COLOMBO, Pierre
COURAUD, Marcel
DAHINDEN, Clemens
DESARZENS, Victor
DOBRINDT, Otto
DOUATTE, Roland
ERDMANN, Eduard
EREDE, Alberto
FRICSAY, Ferenc
GERLIN, Ruggero
GEUSER, Heinrich
GIARDINO, Jean
GIEBEL, Agnes
GOEHR, Walter
GOLDSAND, Robert
GOLDSTEIN, Ella
GRAF, Peter-Lukas
HAEFLIGER, Ernst
HAYDN, Symph...
HEILLER, Anton
HUPPERTS, Paul
JANIGRO, Antonio
JAROFF, Serge
JAUQUIER, Charles
JOCHUM, Eugen
JOHANNESEN, Grant
JOUVE, André
KANN, Hannes
KAUFMAN, Louis
KAYSER, Max
KEILBERTH, Joseph
KLEMM, Conrad
KLEMPERER, Otto
KONWITSCHNY, Franz
KRANNHALS, Alexander
KRAUS, Lili
KRIPS, Josef
LEHMANN, Fritz
LEIBOWITZ, René
LONGINOTTI, Paolo
MAAG, Peter
MARSZALEK, Franz
MARTIN, Louis
MEWTON-WOOD, Noel
MORALT, Rudolf
MORBITZER, Egon
MOZART, Symph...
MUELLER-KRAY, Hans
MUENCHINGER, Karl
NADELMANN, Leo
NEEL, Boyd
NEF, Isabelle
NICOLET, Aurèle
ODNOPOSOFF, Ricardo
van OTTERLOO, Willem
PASCAL Quatuor
PELLEG, Frank
PÉPIN, André
PROHASKA, Felix
RAMIN, Günther
RETCHITZKA, Basia
REINHART, Walther
RYBAR, Peter
ROSBAUD, Hans
ROSTAL, Max
SACK, Theodor
SCHERCHEN, Hermann
SCHEY, Hermann
SCHREINER, Alexander
SCHMIDT-ISSERSTEDT, Hans
SCHÜCHTER, Wilhelm
SCHURICHT, Carl
SILVESTRI, Constantin
STADER, Maria
STÄMPFLI, Jakob
STERNBERG, Jonathan
STEUERMANN, Eduard
STICH-RANDALL, Teresa
SUITNER, Otmar
SZENKAR, Eugen
SWAROWSKY, Hans
SWOBODA, Henry
THOMAS, Kurt
TRÖTSCHEL, Elfride
TUSA, Antonio
VAUCHER-CLERC, Germaine
WINTERTHURER SQ
Texte
 


Franz LISZT, Concerto pour piano et orchestre no 2, en la majeur, op. 61, S 125, Aldo CICCOLINI, Orchestre de la Suisse Romande, Ferenc FRICSAY, mercredi 08.02.1956, Victoria-Hall, Genève

Franz Liszt termine la composition de ce concerto en 1861. L'oeuvre est créée le 7 janvier 1857 à Weimar sous la direction du compositeur, avec un de ses élèves - Hans Bronsart von Schellendorff - en soliste. Moins connu que le concerto No 1, ce 2e concerto est un peu inhabituel: il comporte certes six mouvements, mais ceux-ci sont joués enchaînés, du début à la fin de l'oeuvre. Pour plus de détails sur l'oeuvre, voir par exemple la page en anglais de Wikipedia.

La partition de cette oeuvre peut être librement téléchargée
sur la page correspondante de l'IMSLP.

L'interprétation que je vous en propose... Nous retrouvons le jeune Aldo CICCOLINI, âgé de 30 ans, accompagné par l'Orchestre de la Suisse Romande placé sous la direction de Ferenc FRICSAY: 8 février 1956, Victoria Hall de Genève, 9e concert de l'abonnement, retransmis en direct sur l'émetteur de Sottens, à l'époque en ondes moyennes - une splendide perle des archives de la Radio Television Suisse.

Photo d'Aldo Ciccolini, à gauche: la date exacte n'est pas connue, mais doit être de la même époque que l'enregistrement. Source:
Wikipedia, LC-B2- 3431-9[P&P], George Grantham Bain Collection (Library of Congress), extrait de la photo DIGITAL ID: (digital file from original neg.) ggbain 18801 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.18801, CARD #: ggb2005018788.

Un extrait du commentaire de Franz Walter publié le lendemain dans le Journal de Genève, jeudi 09 février 1956, en page 8:

"[...] Mais je n'ai pas moins admiré le soin que mit M. Fricsay à conférer au concerto de Liszt son véritable caractère d'oeuvre symphonique, parant la partie orchestrale d'une couleur et d'un mordant tels que des solistes ont rarement l'occasion de bénéficier.
Aubaine particulière pour un virtuose comme M. Aldo Ciccolini qui, dans un aussi royal écrin, put faire valoir à son aise ses magnifiques qualités pianistiques: une souplesse technique inouïe lui permettant les sonorités les plus riches, de la fluide légèreté à un 'forte' robuste et plein que ne dépare aucune dureté - lui permettant aussi de tenir aisément les tempis les plus affolants (mais ces tempi ajoutent-ils vraiment quelque chose de positif à l'oeuvre?). De plus, M.Ciccolini phrase avec sensibilité et avec goût. Bref, son jeu est aussi brillant que propre et probe. Que manque-t-il exactement pour que son interprétation du concerto de Liszt vous empoigne? Peu de chose, en somme: une certaine grandeur dans le panache, une respiration - j'y reviens - à la fois plus large et plus libre. Mais, répétons-le, c'est un admirable pianiste
. [...]" (Ref.: Journal de Genève, jeudi 09 février 1956, en page 8, accessible grâce au splendide site "
Le Temps - Archives historiques, Une initiative soutenue par Bibliothèque nationale suisse | Bibliothèque de Genève | Bibliothèque de Lausanne | Fondation de Famille Sandoz | Mirabaud & Cie | PubliGroupe").

La qualité technique de l'enregistrement a quelques faiblesses, mais que la qualité de l'interprétation fait vite oublier!

Voici donc...

Franz Liszt, Concerto pour piano et orchestre no 2, en la majeur, op. 61, S 125, Aldo Ciccolini, Orchestre de la Suisse Romande, Ferenc Fricsay, mercredi 08.02.1956, Victoria-Hall, Genève (1. Adagio sostenuto assai, 2. Allegro agitato assai, 3. Allegro moderato, 4. Allegro deciso, 5. Marziale un poco meno allegro, 6. Allegro animato - Stretto 18:40)

que vous pouvez obtenir en...

______________________________CLIQUANT_ICI______________________________

pour un download sur mon site.

Radiodiffusion (Radio Television Suisse) -> WAV -> FLAC

1 fichier FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

 
Top